Paul Henderson

Paul a connu la gloire: il a marqué le but gagnant dans la série historique de hockey Canada-Russie en 1972. Des questionnements face au sens de la vie l’ont amené à un changement radical – il est maintenant sur l’équipe de Dieu…


Le joueur qui a compté le but le plus mémorable de toute l’histoire du hockey est maintenant dans l’équipe de Dieu.

Les amateurs de hockey qui se souviennent de la série historique Canada – Russie, en 1972, conviendront que ces huit parties ont marqué l’histoire du hockey.

Après trois défaites humiliantes, une seule victoire et un match nul, l’équipe Canada pouvait-elle remonter la pente et gagner les trois derniers matchs en territoire soviétique? Paul Henderson fut le grand héros en comptant le but vainqueur lors des trois dernières parties pour ainsi faire triompher l’équipe du Canada.

Le but le plus mémorable, que l’on appelle maintenant « Le but », est le but vainqueur, marqué à seulement trente-quatre secondes de la fin du dernier match qui a eu lieu le 28 septembre 1972. Le score était de 5 à 5 et, avec seulement une minute à jouer, Henderson a fait quelque chose d’inhabituel : « Je me suis levé de mon banc, et j’ai crié trois fois à mon coéquipier Pete Mahovlich de sortir de la patinoire. Il est revenu au banc, j’ai sauté sur la glace et patiné jusqu’au filet. J’ai crié à Cournoyer de me faire une passe, mais j’ai manqué la rondelle. J’ai alors été accroché par le joueur de défense et me suis écrasé contre la bande derrière le filet. Les Russes n’ont pu libérer la zone et c’est Phil Esposito qui a lancé. Tretiak a fait l’arrêt, mais la rondelle est venue vers moi. J’étais seul devant le filet! Mon premier lancé a été arrêté, mais j’ai pris le retour et j’ai glissé la rondelle dans le filet. »

« J’avais l’impression que j’avais tout le temps au monde pour mettre la rondelle dans le filet. »

Il est à noter que depuis, ce but a été voté Le Moment sportif du siècle (Canada’s Greatest Sporting Moment this Century) tandis que l’équipe Canada de 1972 a été déclarée L’Équipe du siècle.

Pour la plupart des joueurs, cette série a été le couronnement de leur carrière. Pour certains, cela a changé leur vie. Trente ans après, Paul Henderson signe encore des autographes, et on lui parle encore de ce fameux but. « Savez-vous comment c’est frustrant, dit-il, d’avoir joué dix-huit ans de hockey professionnel (pour les Red Wings de Détroit, les Maple Leafs de Toronto et les Bulls de Birmingham) et qu’on ne se rappelle de vous que pour un seul tour de dix secondes sur la glace et un seul but? »

Pour Paul Henderson, la gloire instantanée, la reconnaissance et le respect, c’était merveilleux! « Je n’avais jamais anticipé cette réaction de la part des Canadiens. Je ne m’attendais pas à ce que les amateurs de hockey s’en souviennent, mais c’est allé bien plus loin. Cela m’a pris environ six mois pour me rendre compte que cela ne disparaîtrait pas », dit-il.

L’auto gratuite, les bâtons de golf et les entrevues à la radio, tout cela était flatteur, mais il y avait des inconvénients. Le prix de la gloire signifiait qu’ils ne pouvaient plus manger, lui et sa famille, dans un restaurant, sans être dérangés. Entre autres, cela a contribué à un mécontentement grandissant dans sa vie.

« Après la série de 1972, j’ai obtenu toutes les choses qui, d’après moi, pouvaient m’apporter le contentement. J’étais marié à la personne la plus merveilleuse au monde, et j’avais une belle famille (Eleanor et Paul ont trois filles). Notre situation financière était excellente. Nous pouvions tout nous procurer, et j’avais même un peu de gloire, mais je commençais à être agité intérieurement. Que me faut-il pour être heureux? Qu’est-ce qui pourrait donner un sens à ma vie? Pourquoi suis-je ici? Que dois-je faire? » Voilà les questions profondes que Paul a commencé à se poser.

Il s’est alors mis à faire une recherche pendant près de trois ans pour découvrir le contentement et un sens à la vie. « Je me souviens d’une sortie avec Ron Ellis et nos épouses en Suisse à l’automne 1973. En regardant le paysage, j’ai fait la déclaration suivante : « Il y a un Dieu là-haut, et je vais le découvrir. »

Un jour, un chrétien est entré dans sa vie. Mel Stevens, de Caledon, Ontario, est venu distribuer des Bibles à tous les joueurs desMaple Leafs de Toronto. Paul a commencé à lire la Bible, et cela l’a réellement troublé.

Un jour, Mel s’est rendu chez Paul pour l’inviter à donner de son temps à une école de hockey. Mel s’est présenté comme celui qui avait donné les Bibles. Paul a alors partagé ses préoccupations par rapport aux enseignements de la Bible, et Mel l’a encouragé à développer le côté spirituel de sa vie en examinant ces choses plus à fond.

Paul se souvient avoir passé près de mille heures à faire des recherches sur la personne de Jésus-Christ. Il a étudié la Bible, examiné plusieurs mouvements religieux, et a lu des livres tels que « Voilà pourquoi je suis chrétien » de C.S. Lewis et « Evidence That Demands A Verdict » de Josh McDowell.

« J’ai compris que le christianisme n’était pas tant une religion qu’une relation. J’ai cru que Dieu m’aimait et que j’étais séparé de lui par ma façon de vivre. Mel m’a montré dans la Bible les conséquences de ma séparation de Dieu et comment Jésus-Christ était mort pour mes péchés, a été enseveli et est ressuscité afin de vaincre la mort et d’offrir le pardon. »

Or, trois obstacles me retenaient. Premièrement, avais-je le courage de répondre au message de l’Évangile? Aurais-je peur de ce que le monde dirait? Deuxièmement, j’aurais à changer ma vie, et je croyais que ce serait pour le pire. Et, troisièmement, je savais que si quelqu’un aimait vraiment Dieu, il devrait en parler aux autres, et je ne voulais pas faire cela. » Après des mois d’agitation, dans l’intimité de sa maison, Paul Henderson a prié pour inviter Christ dans sa vie. C’était en mars 1975.

« En regardant en arrière, dit-il, peu de personnes se sont moquées de moi. En tant que disciple de Jésus-Christ, je suis devenu un meilleur homme, un meilleur mari, un meilleur père et même un meilleur joueur de hockey. En plus, j’aimais parler de Jésus. »

Certains se sont éloignés de lui à cause de son nouveau zèle, mais plusieurs amis ont écouté et certains ont cru en Christ. Ron Ellis, un bon ami et coéquipier avec les Maple Leafs et l’Équipe Canada, ainsi que son épouse Jannie, étaient de ceux qui sont devenus de vrais chrétiens.

« Mon épouse, Eleanor, avait beaucoup d’appréhension envers ma nouvelle foi. Elle avait peur que je devienne fanatique, que je parte pour l’Afrique et que je donne tout notre argent. Mais quand elle a vu ma vie transformée, et plus équilibrée, son cœur s’est ouvert et, peu de temps après, elle a confié sa vie à Christ. »

Après sa retraite du hockey professionnel, Paul est allé étudier au séminaire et il a servi Dieu avec certaines organisations telles que Athletes in Action. Il est présentement impliqué avec The Leadership Group, où il travaille avec des groupes d’hommes professionnels qui désirent grandir dans leur foi et mettre en pratique la vie chrétienne pour devenir de meilleurs maris et de meilleurs pères, partager leur foi, avoir une marche quotidienne avec Dieu, mémoriser des textes bibliques et prier les uns pour les autres.

« Nous avons aussi démarré des groupes de ‘sceptiques’, pour les hommes qui ne sont pas certains quoi croire, dit-il. Ils savent qu’ils ne sont pas chrétiens et nous les aidons à considérer la foi chrétienne »

Après trente ans, « La série du siècle » est encore gravée dans la mémoire de plusieurs. Par contre, ces souvenirs ne compteront plus dans l’éternité auprès de Jésus-Christ, « à qui appartiennent la gloire et la puissance, aux siècles des siècles » (Hébreux 13.21). C’est ce que Paul Henderson a compris, et il a maintenant un nouveau but dans la vie.

« J’ai été transformé depuis ce jour-là. Jésus-Christ a eu un impact positif sur tous les aspects de ma vie. Ça n’a certainement pas été sans problèmes. Mais le calme intérieur, la satisfaction et la paix que je ressens tous les jours sont pour moi la preuve que sa promesse de m’aimer et de s’occuper de moi est bien vraie. Ce qu’il y a de mieux, c’est que je me réjouis de savoir que je vivrai avec lui pendant toute l’éternité. »

(Paul Henderson a écrit le livre Shooting for Glory.)

 

Si vous désirez savoir comment être réconcilié avec Dieu et avoir la vie éternelle, consultez la présentation suivie de l’Évangile dans la section « Trouver Dieu: comment c’est possible ».

Si vous avez des questions, ou des commentaires, n’hésitez pas à nous contacter! Il nous fera plaisir de vous répondre.