John Leuzarder

Réussissant remarquablement en affaires, John avait réalisé le « rêve Américain ». Pourtant une sensation de vide et un désespoir grandissant envahissaient sa vie. Et ceci jusqu’au jour où il a découvert la vraie richesse et la paix avec Dieu…


Je suis né et j’ai grandi au New Jersey, où je demeure présentement avec mon épouse Sue et nos deux filles.

J’étais l’aîné d’une famille de cinq enfants. Nous avons grandi dans la tradition catholique irlandaise stricte et notre condition était modeste. Mon père travaillait dans une usine; il a travaillé pour la même compagnie pendant 47 ans.

J’ai fréquenté l’école primaire catholique et j’étais servant de messe. Jeune, j’avais beaucoup de crainte et d’incompréhension concernant Dieu. À la maison je vivais la critique constante. Prenant ces choses à coeur, je me suis retrouvé envahi par la crainte d’échouer et la crainte d’être rejeté. J’ai fini par avoir une très mauvaise image de moi et très peu de confiance.

Au collège je me suis détourné de la religion. Je vivais de la colère et je désespérais de jamais pouvoir atteindre les standards de conduite et de performance de mes parents, qui à mes yeux étaient aussi ceux de Dieu.

Après mes années au collège, j’ai travaillé dans le génie civil, comme estimateur, inspecteur et dessinateur de plans. Quatre ans plus tard, encouragé par un ami, j’ai travaillé dans les ventes, voyant en cela une façon de m’aider à surmonter ma crainte des gens. J’ai beaucoup voyagé les dix années suivantes. Durant ces années je défiais mes craintes en accomplissant plusieurs choses que je redoutais.

Puis en 1976 j’ai été mis à pied. Craintif, mais saisissant l’occasion, je me suis associé à un autre vendeur pour former une compagnie qui se spécialisait à trouver des solutions aux problèmes environnementaux associés à la mauvaise gestion des déchets et des produits chimiques dangereux. Notre compagnie qui avait débuté dans la maison a progressé rapidement. Nous travaillions avec nos clients pour trouver des façons de réduire le volume de déchets, recycler les solvents et développer de nouvelles normes pour la compatibilité des produits chimiques dans le stockage et le transport.

Nous avons éventuellement été reconnus nationalement, surtout pour notre expertise dans le transport et la détonation sur le site de produits chimiques explosifs et d’autres produits hautement réactifs.

En 1982 j’ai épousé Susanne, qui était technicienne en radiologie. Elle voyait Dieu à peu près comme moi, et allait à l’église rarement elle aussi.

À mesure que les revenus de ventes de notre compagnie continuaient de grimper, mon partenaire et moi avons pu commencer à diversifier dans plusieurs autres domaines. Tous mes rêves se réalisaient! J’ai été nommé pour siéger sur un important comité de la American Chemical Society à Washington DC. J’ai donné des conférences dans plusieurs universités et à l’occasion de séminaires à travers les États-Unis. Nous avons développé un cours sur la compatibilité chimique et la sécurité pour une compagnie de produits chimiques que j’ai eu le privilège d’enseigner dans 26 états.

De l’extérieur, il semblait que j’étais en train de réaliser le « rêve américain », mais à l’intérieur, je vivais une anxiété grandissante, un vide, un sentiment de crainte et de désespoir. Une joie temporaire venait avec le prochain gros contrat, les vacances dispendieuses ou la nouvelle voiture. Mais quelques semaines après avoir acquis ces choses le plaisir était disparu.

Dieu commençait à me montrer que certaines des choses que j’avais apprises jeune étaient fausses, que le bonheur et la paix ne venaient pas par le dur labeur, l’acquisition de biens, le prestige social ou même en atteignant des buts personnels élevés.

À 43 ans, au sommet de ma carrière, j’étais de plus en plus troublé par le vide de ma vie. Le bonheur m’échappait, et le plus effrayant était qu’il ne semblait plus y avoir de moyen de débarquer du caroussel sur lequel je me trouvais. J’étais vraiment devenu esclave de mes entreprises et de mes possessions.

Malgré le succès et le prestige, le fardeau sur ma conscience s’alourdissait, et non le contraire. Mon mariage se désintégrait, et tout espoir de joie et de paix s’évanouissait.

J’essayais de mon mieux de mettre de côté les choses spirituelles, mais je ne pouvais me débarrasser de cette notion me venant de mon enfance, que l’enfer m’attendait. J’étais terrifié à l’idée de mon éventuel décès. Ironiquement, je voyais l’enfer comme étant beaucoup moins terrible que la façon dont le Seigneur Jésus le décrit.

Mais en décembre 1986, nos vies ont été changées pour toujours! Des employés qui priaient pour Sue et moi nous ont offert une Bible à chacun – notre première! Quelques semaines plus tard, à la fête annuelle du nouvel An, deux amis chers ont été empêchés de partir à cause d’une tempête de neige, et aux petites heures du matin ont commencé à nous parler de choses spirituelles.

Ils nous ont expliqué que même si nous possédions beaucoup de bonnes choses, il nous manquait le plus important: une relation avec Dieu par Jésus-Christ. Sue et moi écoutions mais étions très sceptiques.

Ils ont continué en nous expliquant que Dieu est saint, entièrement pur et sans aucune imperfection, et qu’à cause de cela, Il ne peut voir le péché. Ils nous ont dit que personne ne peut venir à Dieu par ses propres moyens.

Estomaqués, nous leur avons demandé: « Alors, comment est-ce qu’une personne peut être sauvée? » Ils nous ont expliqué que Dieu, connaissant notre impuissance, a pourvu à notre salut, par la foi en Jésus-Christ. Non par notre bonne vie ni par nos bonnes oeuvres ou nos sacrifices, mais seulement en plaçant notre confiance en Jésus – en ce qu’Il a fait, en sa vie parfaite et son sacrifice à notre place sur la croix. Dieu ne permettra à personne de se glorifier devant Lui; le salut vient entièrement de Lui, et aucunement de nous.

Jésus, qui n’a jamais péché, est volontairement descendu du ciel, pour montrer aux pécheurs perdus, démunis et sans ressources l’amour et la miséricorde de Dieu.

À tous ceux qui reçoivent Jésus par la foi, Dieu le Père promet que toute la pénalité que méritaient nos péchés passés, présents et futurs a été payée entièrement par Jésus-Christ, quand à notre place on l’a battu, craché sur Lui, humilié et exécuté sur une croix romaine.

De plus, nous avons appris que Dieu crédite la vie d’obéissance parfaite de Jésus à notre compte, détruisant et remplaçant ainsi le registre de nos péchés dans les livres du ciel.

C’était la première fois que Sue et moi entendions parler que la paix avec Dieu et l’éternité au ciel n’étaient pas basés sur notre feuille de route, mais en se confiant en ce que Jésus seul avait été capable d’accomplir pour nous.

Je trouvais difficile à croire que tout ceci pouvait être obtenu par la simple foi en Dieu, alors je me suis mis à parcourir intensivement la Bible pour voir si elle confirmerait ce message. J’ai découvert qu’elle le confirmait.

Un an plus tard, en décembre 1987, ayant trouvé un trésor beaucoup plus précieux que ce que j’avais pu obtenir avec toutes mes années de travail ardu, j’ai vendu mes parts dans nos entreprises. Sue et moi avions trouvé la « perle de grand prix » (Mat 13:44-46); la paix avec Dieu.

Nous avons décidé de passer les années qui nous restaient à chercher à connaître Jésus-Christ à travers les Écritures et servir les siens de quelque façon que nous le pourrions. Cette merveilleuse aventure continue aujourd’hui. Nous sommes devenus membres d’une église locale et avons débuté notre famille. Notre fille aînée Noel est arrivée en 1988 et notre cadette Faith en 1993. Elles sont toutes deux une grande bénédiction pour nous.

Vivant notre retraite du produit de la vente de nos entreprises, nous avons été en mesure d’aider plusieurs organismes pro-vie et oeuvrant au niveau de la famille. Nous avons aussi fabriqué des meubles et des pancartes pour des organismes chrétiens, et je m’implique sur le conseil d’administration d’un camp chrétien.

Sue et moi avons travaillé à la campagne d’un ami qui est membre du Congrès, et nous nous occupons à entretenir notre ferme. J’enseigne aussi dans des études bibliques et à l’école du dimanche régulièrement.

Dieu a été très bon avec nous. Nous sommes devenus vraiment riches par la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ. Depuis ma conversion, Dieu a travaillé en moi par le Saint-Esprit pour faire des changements majeurs dans mes pensées, mes attitudes, mes motifs et mes désirs. À cause de l’amertume et de l’orgueil de mon passé, il y a eu des moments difficiles, mais par sa grâce j’ai continué à me soumettre à sa discipline paternelle, à son amour et son encouragement.

Une des transformations les plus importantes que Dieu a faites en moi est au sujet de ma peur de la mort. Avant ma conversion je vivais dans la crainte de la mort et je savais que je ne pouvais rien faire pour l’éviter. J’étais terrifié à l’idée de rencontrer Dieu avec le registre de mes péchés.

Mais maintenant, sachant que Jésus a subi le châtiment pour mes péchés et m’a donné le registre de sa vie d’obéissance parfaite, je vis aujourd’hui avec un sentiment de paix et de sécurité. Je sais qu’en Jésus-Christ, Dieu m’a adopté dans sa famille et a fait de moi son héritier et son co-héritier avec Jésus. La paix sur la terre et les gloires du ciel attendent tous ceux qui se confient sincèrement en Lui!

Mon ami! Je t’encourage, si tu n’as pas cette relation avec notre grand et tendre Père, de te confier en Lui, n’attends pas!

Pourquoi lutter pour obtenir ce que tu ne pourras pas garder de toute façon, et renoncer aux richesses qu’en Jésus-Christ tu ne pourrais jamais perdre?

 

Si vous désirez savoir comment être réconcilié avec Dieu et avoir la vie éternelle, consultez la présentation suivie de l’Évangile dans la section « Trouver Dieu: comment c’est possible ».

Si vous avez des questions, ou des commentaires, n’hésitez pas à nous contacter! Il nous fera plaisir de vous répondre.