Isabelle Moyen

« Toute ma vie, j’ai été une personne tourmentée. J’avais l’air heureuse et épanouie, mais comment peut-on être heureux et épanoui quand on ne sait pas à quoi rime la vie ni où on va après la mort…? »


Toute ma vie, en fait jusqu’à la fin de l’été 2012, j’ai été une personne tourmentée. J’avais l’air heureuse et épanouie, mais comment peut-on être heureux et épanoui quand on ne sait pas à quoi rime la vie ni où on va après la mort? On peut se faire une carapace, mais les carapaces ne répondent pas à ces questions, pas plus que de faire comme si de rien n’était.

Je suis une personne qui a besoin de réponses, j’ai besoin de comprendre, mais ça, j’ai été des années à n’y rien comprendre. Tout au long de ma vie, je me suis intéressée à plusieurs religions, je m’achetais des livres sur le sujet, mais les réponses qu’ils fournissaient ne venaient pas me chercher, ça ne me parlait pas. Ça a fini par me frustrer. Je ne comprenais pas et je me suis mise à en vouloir à Dieu.

Entre temps, je vivais ma vie à ma manière, je vivais à Montréal, entre mon travail (j’étais très carriériste, je me définissais par mon travail) et les amis. Je courrais tant bien que mal après le bonheur.

Je passais mon temps à y toucher du bout du doigt, mais à chaque fois que je refermais la main dessus, quand j’ouvrais les doigts, ma main était vide. Il n’y avait rien de solide, ni de durable dans ma vie, à part certaines amitiés, mais même là, on ne sait jamais ce qui peut arriver.

À l’été 2011, je déménage à Port-Cartier, pour rejoindre mon amie Jacinthe, parce que j’ai encore besoin de passer des soirées à discuter et à philosopher sur le sens de la vie avec elle. Sans le savoir, on s’est mis à chercher Dieu, mais on eu toute une surprise quand Il et venu à notre rencontre par l’entremise d’un couple d’amis, Vincent et Cristel.

Je savais qu’ils étaient chrétiens, et je n’y accordais pas trop d’intérêt au début. Mais plus je les voyais, et plus je voyais d’autres chrétiens qui venaient au café où je travaillais, plus j’étais intriguée. Ils semblaient tellement épanouis.

Jacinthe s’est mise à fréquenter Cristel et Vincent. Moi, de mon côté, j’avais mon chum et ma grossesse à risque, mais elle me racontait ses soupers et ses discussions avec eux. Puis elle s’est mise à lire la Bible et aller discuter avec Jacques et Martine. Elle me racontait toujours ses découvertes sur Dieu, voyant qu’elle était sur un bon coup, ça m’intéressait de plus en plus.

D’abord, Cristel et Vincent m’ont invité à plusieurs reprises à souper. Je trouvais ça pas mal étrange de les voir prier avant le repas, mais je les respectais. Ensuite, Jacinthe m’a invité à rencontrer un autre couple de chrétiens, Jacques et Martine. J’ai accepté.

Au début, je ne faisais qu’écouter, puis je leur ai parlé du vide et du sentiment de solitude que je trainais depuis toujours, et de mon besoin de spiritualité que j’avais chercher dans plusieurs religions, mais que je n’avais pas trouvé.

C’est là que, par la bouche de Jacques, le Seigneur m’a dit clairement où chercher pour le trouver. Il a dit: “Ne cherche pas une religion,cherche une relation avec le Seigneur. Lis le nouveau testament, et demande-lui de t’aider à trouver les réponses à tes questions, et tu vas trouver.”

À ce moment, j’ai réalisé qu’après toutes mes recherches spirituelles, je n’avais jamais pensé à tout simplement lire la Bible! Au début,il faut dire que je n’y comprenais pas grand chose,mais j’y voyais une grande sagesse qui m’attirait et j’y re-découvrais Jésus.

Avant de lire les évangiles je croyais bien le connaitre, mais plus je lisais, plus je me rendais compte que je ne le connaissais pas du tout. Et je voyais Jacinthe qui, elle, comprennait de plus en plus et qui, un jour m’a annoncé qu’elle était sauvée…

Je ne comprennais pas de quoi elle était sauvée, mais je l’ai vu changer de façon assez radicale – c’était tellement beau à voir! Depuis quinze ans que je connaissais Jacinthe, je ne l’avais jamais vue aussi heureuse et épanouie.
J’adorais parler des Évangiles avec elle, Cristel et Jacques et Martine, car ils m’aidaient tous à comprendre ce que je ne saisissais pas des Écritures.

Ils m’ont invité à aller sur le site trouverDieu.com, afin d’y trouver des outils pour m’aider à mieux comprendre le message des Évangiles. Sur le site, j’ai vu qu’il y avait un quiz: “Êtes-vous une bonne personne?” Yé! J’adore les quiz, et celui-la, j’étais sûre de le passer haut la main!

Les questions sont basées sur les dix commandements. Plus je répondais aux questions, plus ma mâchoire descendait… Sérieusement, j’étais choquée. J’aurais pu tout simplement fermer l’ordinateur et continuer ma vie comme si de rien était, mais je voulais comprendre. Et pour comprendre, je savais que je devais arrêter de me cacher la tête dans le sable. Je n’ai pas aimé ce que j’ai découvert par ce quiz, mon vrai visage.

Ce n’était pas un quiz, c’était un mirroir. Et là j’ai compris pourquoi j’avais besoin d’être sauvée, parce que si je mourais à ce moment-là, dans mon coeur je savais que je n’étais pas prête à faire face à mon Créateur.

Je ne suis pas une bonne personne. En fait, ce que Dieu ma montré, c’est que je suis coupable non seulement de le blesser Lui, mais de faire du mal au gens autour de moi depuis des années et de me faire du mal à moi-même.

Parce que si on résume les dix commandements,c’est d’aimer. Et j’ai pu voir que je n’étais pas une personne qui aimait les autres, j’étais une personne qui mentait,qui utilisait, qui jugeait les autres. Ouch,ça,ça a fait mal à mon orgueil.

Mais en y réfléchissant, est-ce que ce comportement-là me rendait heureuse? Non,absoluement pas; j’étais dégoûtée et je ne voulais plus être comme ça. Mais comment changer? Je réalisais que c’est la nature humaine, que c’est MA nature.

J’ai lu dans les Évangiles que Dieu peut nous changer, qu’Il nous aime tant qu’il a envoyé vers nous son fils Jésus Christ. Que Jésus a pris sur lui le poids de nos péchés et qu’Il est mort sur la croix à notre place, et qu’il suffit de croire en lui et de se repentir pour être sauvé…

Ça avait l’air simple comme ça, mais je ne comprenais pas comment faire. C’est sûr que je ne comprenais pas; je ne lui parlais pas, je ne lui demandais pas, parce que je n’étais pas encore totalement convaincue de son existence.

C’est là que le Seigneur ma donné la première de plusieurs preuves de son existence et de son amour pour moi.
Comme je l’ai mentionné plus tôt, j’avais une grossesse à haut risque. Je suis diabétique depuis trentre ans et je n’ai jamais fait attention à ma santé. À cause de mon comportement auto-destructeur, aujourd’hui,je vis avec deux complications liées au diabète: de l’hypertension, et depuis le début de ma grossesse, je voyais de plus en plus embrouillé avec mon oeil droit.

J’ai donc dû aller voir un médecin spécialiste, et les nouvelles ont été très mauvaises. Il y avait très peu de chance de sauver mon oeil, et le visage du médecin n’avait rien pour me donner de l’espoir.

Ça m’a anéantie. J’étais terrorisée: de un parce que j’allais perdre un oeil, mais surtout parce que tout ça voulait dire que le diabète commençait à me tuer. C’était le jour de l’anniversaire de Patrick,mon conjoint. Je ne lui ai pas dit ce que je venais d’apprendre car je ne voulais pas gâcher sa journée.

Je me souviens de cette nuit-la: j’étais couchée à côté de Patrick qui dormait et je pleurais en silence. C’est là que j’ai prié pour la première fois de ma vie, que je me suis adressée à Dieu pour vrai. Je lui ai dit: “Dieu,si tu existes, envoie-moi un signe. Et j’espère que tu existes, parce que là j’ai besoin de toi pour vrai…”

Deux jours plus tôt, puisque ma Bible, comme la majorité des Bibles, était écrit en petits caractères et que, à cause de ma vue j’ai de la difficulté à lire les petits caractères, je m’étais commandé une Bible à gros caractères. Le jour-même de ma commande, j’ai reçu un courriel qui m’informait que j’allais recevoir ma Bible une semaine plus tard.

Alors, le lendemain de ma première vrai prière, je me lève très tôt pour déjeuner avec mon conjoint Patrick. Après son départ pour le travail, je vais voir mes courriels. Je vois que j’ai un courriel de la librairie où j’ai commandé ma Bible qui me dit que je devrais l’avoir reçu la veille. Ils me donnent un numéro pour suivre mon colis sur Postes Canada.

Je vais voir, et le site de Postes Canada me dit que le colis a été livré avec succès la veille. Ça ne se peut pas! On a pas reçu de courrier hier! Je vérifie rarement le courrier, mais mon conjoint regarde dans la boîte aux lettres chaque jour en rentrant du travail.

Bon, ne me dis pas qu’il ont perdu ma bible dans la poste en plus! Je n’ai rien à perdre d’aller voir… Sans trop d’espoir, je sors dehors, j’ouvre la boîte aux lettres, et ma Bible est là!
Je n’en revenais pas! Ça aurait pu arriver que je le reçoive plus tôt,mais, le jour-même où j’ai reçu le diagnostic pour mon oeil? Drôle de coincidence…

Je m’en souviens comme si c’était hier, j’étais dehors avec mon paquet collé contre ma poitrine, j’ai regardé en haut et j’ai dit: C’est toi!
Aussitôt que j’ai dit cela, j’ai ressenti quelque chose de vraiment étrange: le sentiment de solitude que j’avais eu toute ma vie à disparu! C’est difficile à expliquer, mais j’ai vraiment senti qu’il a été retiré de moi, que Dieu m’a touché. Wow, quel soulagement!

C’est là que j’ai donné ma vie au Seigneur. J’avais eu besoin de sentir un peu de sa puissance pour y croire, et Il m’a servi pas à peu près! Je lui ai demandé pardon pour tous mes péchés et ça a été long! J’ai remercié le Seigneur Jésus d’avoir pris ma sentence de mort sur ses épaules, et j’ai remis mon sort entre ses mains, je lui ai donné mon oeil.

J’ai pleuré comme je n’avais jamais pleuré, mais de soulagement. Le sentiment de délivrance que j’ai ressenti était indescriptible! Ce jour-la a été le plus beau jour de ma vie!

Depuis ce jour, le 30 août 2012, le Seigneur chasse mes peurs. Il m’a rempli d’une merveilleuse paix, et d’amour que j’ai envie de partager.

Plus je lis les Écritures, plus je comprends le sens de la vie. Je sais où je vais aller après ma mort! Je sais aussi que je peux donner mes fardeaux au Seigneur avec confiance et qu’Il s’en charge.

Le 30 août 2012, j’ai reçu le plus beau des cadeaux: Jésus m’a sauvé! Depuis,le Seigneur travaille sur mon coeur, et Il a fait énormément pour moi. Il a même fait un miracle, la naissance de mon fils Jérémy après ma grossesse à haut risque.

Merci Seigneur, et merci à tous ceux qui ont prié pour nous!

 

Si vous désirez savoir comment être réconcilié avec Dieu et avoir la vie éternelle, consultez la présentation suivie de l’Évangile dans la section « Trouver Dieu: comment c’est possible ».

Si vous avez des questions, ou des commentaires, n’hésitez pas à nous contacter! Il nous fera plaisir de vous répondre.