François Turcotte

De l’école privée aux discothèques, François avait peur de mourir. Dieu a utilisé un oncle et une tante pour le mettre sur le chemin de la vie éternelle…


Né à Montréal le 2 novembre 1969, j’y ai grandi jusqu’à l’âge de vingt ans. Fils unique, j’ai reçu une bonne éducation et j’ai eu l’opportunité d’étudier à l’école privée. J’aimais apprendre; donc aller à l’école était une source de joie.

Ma jeunesse fut agréable, bien que ponctuée de périodes de crise entre mon père et ma mère. Mon père consommait de l’alcool régulièrement et cette situation devenait très lourde.

Ma grand-mère et ma mère m’ont transmis la foi en Dieu. J’allais à quelques occasions avec ma mère à l’église. Lorsque j’y allais, je trouvais tout cela un peu étrange, je ne comprenais pas ce qui se passait vraiment mais le sérieux de la place m’inspirait un certain respect. Mon père ne pratiquait pas et ne dévoilait pas non plus ce qu’il pensait de la vie. Par contre, j’ai reçu de lui la valeur importante de l’effort et du travail.

Jeune adolescent, je me suis laissé conduire par les attraits de mon époque : la musique, les discothèques, le cinéma, le divertissement. D’un côté tout allait bien mais en même temps je n’avais pas de sens réel à la vie sauf d’obtenir un métier à mon goût. Mais d’un autre côté la mort était un mystère pour moi; j’avais peur de mourir.

À la fin de ma douzième année, ma tante et mon oncle sont arrivés chez nous un soir pour nous dire qu’ils venaient de se convertir à Jésus-Christ. Ils savaient alors qu’ils iraient au ciel et que leurs péchés étaient pardonnés. Cela m’a intrigué et je les ai écoutés attentivement, puisqu’il s’agissait d’un changement majeur chez eux.

Après plusieurs conversations avec ma tante, deux personnes d’une église évangélique avoisinante sont venu chez moi et m’ont présenté de façon systématique un résumé du plan de Dieu pour moi. Ayant appris à ce moment que mes péchés me séparaient de Dieu et que la conséquence juste de cette situation me conduisait en enfer, endroit où je ne voulais pas aller, j’ai demandé comment je pouvais être sauvé de cet état.

Le salut gratuit par la foi en Jésus-Christ seul me fut alors expliqué. Je compris que Dieu le père avait envoyé son Fils mourir sur une croix comme substitut à ma place afin que je puisse être totalement pardonné.

Devant cette bonne nouvelle, c’est à ce moment que je me suis repenti de mes péchés et que j’ai demandé à Christ de me sauver de l’enfer, dans sa grâce. Ce jour fut le début d’une nouvelle vie que Dieu me donna, moi qui aurait dû mériter d’être puni. Même si j’étais ce que les gens jugeraient de bon garçon, au yeux de la justice parfaite de Dieu j’étais digne de sa colère. Mais enfin, une nouvelle vie était là, toute petite mais ancrée pour l’éternité.

Comme j’étais jeune et attiré par les attraits de la jeunesse, et que je n’avais pas de modèle à proximité, qui fréquentait une église, ma croissance fut lente. Mais lorsque j’avais quatorze ans, ma famille a décidé de fréquenter régulièrement l’Église Baptiste de Repentigny. Je m’y suis fait un ami, j’y ai reçu de la formation, je me suis impliqué, ce qui a eu pour conséquence que ma nouvelle vie chrétienne s’est sérieusement développée.

J’ai alors décidé de me faire baptiser comme le Seigneur Jésus le demande. Je vis aujourd’hui dans cet étonnement de la grâce de que j’ai reçue de Dieu. Son amour me donne la joie pour faire face à chacune de mes journées. Mon cœur s’attache de plus en plus à chaque jour à la Bible (la Parole de Dieu).

 

Si vous désirez savoir comment être réconcilié avec Dieu et avoir la vie éternelle, consultez la présentation suivie de l’Évangile dans la section « Trouver Dieu: comment c’est possible ».

Si vous avez des questions, ou des commentaires, n’hésitez pas à nous contacter! Il nous fera plaisir de vous répondre.