Donald Heron

« Je suis le sergent Dupont de la police de Montréal et j’ai un mandat contre vous. Levez-vous et habillez-vous. » Don s’est alors ouvert les yeux et s’est assis bien droit, étonné de voir deux hommes au pied de son lit avec leurs badges à la main….


Don et Monika étaient abasourdis. Ils surveillaient les policiers qui fouillaient les meubles, le réfrigérateur et même le réservoir de toilette afin de trouver des preuves incriminantes. Après lui avoir mis les menottes, les policiers l’ont amené au poste pour l’interroger. Il passa une longue nuit misérable derrière les barreaux. Depuis longtemps, Don avait craint d’être arrêté de la sorte, mais ne croyait jamais que cela arriverait réellement.

Don avait grandi dans une famille croyante, mais au cours de son adolescence, en particulier lorsqu’il a laissé la maison pour aller au collège, il s’est éloigné de la foi pour adopter un style de vie rapide, dangereux, et sans Dieu. Il a marié son amour de jeunesse, Monika. Il est devenu un agent privé et on lui a confié une difficile investigation en espionnage industriel. Son travail l’a éloigné de la maison pour 15 mois, et de plus en plus creux dans le monde des clubs, de la boisson et des « partys ». À la fin de son assignation il fut de retour à la maison où lui et Monika ont vécu une vie sociale frénétique à Montréal avec tout ce que l’argent pouvait acheter dans une grande ville.

Mais, il furent dévastés lorsqu’un incendie détruisit tout ce qu’ils possédaient. Pour se remettre sur pied financièrement, Don s’est mêlé à un réseau de vol d’auto. Il se disait toujours qu’il ne vendrait qu’une seule autre auto, juste assez pour combler ses besoins. Mais l’argent était facile, et plus il s’enracinait dans l’organisation, plus c’était difficile de s’en arracher. L’argent coulait, la vie était belle et Dieu était très loin de ses pensées. Mais Dieu n’était pas loin.

Don avait frappé un mur. Avec son procès et une sentence de prison qui lui pendait au-dessus de la tête, sa vie semblait tomber en morceaux. C’est à ce moment que ses parents, qui ne savaient rien de sa vie criminelle ni de son arrestation, l’ont invité à une croisade d’évangélisation où il a entendu parler de repentance et de vie nouvelle en Jésus-Christ. Ce soir-là, il résistait fermement jusqu’à ce que la chorale chante des paroles qui ont touché son cœur :

Tu peux naître de nouveau,
Tu peux tout recommencer,
Balayer ta vie passée.
Et repartir à zéro,
Avec Jésus pour berger.

Pouvait-il recommencer sa vie, à zéro?! Sous sa façade d’homme sûr de lui, Don savait que sa vie était un gros gâchis que personne ne pouvait nettoyer. Mais il avait été touché profondément à l’idée de naître de nouveau, tout recommencer et être pardonné. Après la rencontre, il a regardé le ciel et a dit « Dieu, je sais que tu es là. S’il te plaît, montre-le-moi! »

Dieu a répondu à sa prière. Jour après jour, patiemment, Dieu se révélait à Don. Comme le fils prodigue, Don a couru dans les bras ouverts de son père céleste et a trouvé le pardon.

Toutefois, malgré cette transformation, Don devait faire face aux conséquences de ses fautes. À son procès, plus de 70 accusations ont pesé sur lui. Il a finalement été incarcéré à la prison de Bordeaux à Montréal. Pendant qu’il servait son temps, il a rencontré Steve, Gary, Art, Paul Adams et Fast Eddy – tous criminels comme lui, mais avec une différence flagrante : il avait rencontré Jésus tandis qu’eux étaient perdus. Sa mission était maintenant de les conduire à Celui qui l’avait si complètement transformé. Ils lisaient les livres qu’il leur donnait, ils allaient à la chapelle avec lui; mais surtout, ils désiraient parler et passer du temps avec lui dans sa cellule.

Il avait compris qu’il pouvait aussi servir Dieu. Et bien que maintenant sa sentence de prison soit loin derrière lui, Don Héron reconnaît toujours que sa mission est de faire partie de l’œuvre de Dieu.

 

Si vous désirez savoir comment être réconcilié avec Dieu et avoir la vie éternelle, consultez la présentation suivie de l’Évangile dans la section « Trouver Dieu: comment c’est possible ».

Si vous avez des questions, ou des commentaires, n’hésitez pas à nous contacter! Il nous fera plaisir de vous répondre.